Des protections périodiques lavables offertes au lycée

Avoir ses règles coûte environ 21 300 € dans une vie, et les personnes menstruées doivent parfois choisir entre s’acheter des protections périodiques ou manger : c’est le cas d’un tiers des personnes qui ont leurs règles au lycée. Risques de chocs toxiques ou de septicémie, honte, gêne, perte de confiance, décrochage scolaire : les conséquences de cette précarité sur la santé physique, mentale et sociale sont sérieuses.

Pour lutter contre la précarité menstruelle, il aura fallu 5 ans à Valérie Pécresse et l’horizon d’une élection pour passer symboliquement à l’action. Depuis la rentrée 2020, 30 lycées franciliens – soit seulement 4,6 % des établissements de la région accueillent des distributeurs de protections périodiques gratuites.

Les personnes menstruées représentent pourtant plus d’un quart de la population francilienne. Les pouvoirs publics portent la responsabilité de participer à l’éducation collective sur ces questions et au-delà du problème de précarité.

La grande majorité des protections périodiques constitue un risque pour leur santé et pour l’environnement. De nombreuses études attestent de la présence de produits toxiques (glyphosates, phtalates, perturbateurs endocriniens) aux effets cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques dans différentes marques de protections hygiéniques, y compris dans certaines revendiquant le label « bio ». 

Une femme utilise en moyenne 5700 protections hygiéniques au cours de sa vie ce qui implique une production considérable de déchets non-recyclables à laquelle s’ajoute celle des produits plastiques associés (applicateurs, emballages individuels).

La Région Île-de-France peut agir très concrètement : nous voulons offrir des protections périodiques lavables dès l’entrée au lycée, afin de rendre accessibles des produits de première nécessité non nuisibles pour le corps et pour la planète. De plus, dès la rentrée 2021, la présence de distributeurs de protections hygiéniques sera systématique dans chaque lycée d’Île-de-France.


Photo © girltrotter.com

Déjà 424 signatures
Je signe pour atteindre 1000