Stop au CDG Express, 1,7 Md d’euros pour que les riches ne prennent plus le RER B

Le gouvernement et Valérie Pécresse s’entêtent à vouloir dépenser plus d’1,7 milliard pour un train des riches, reliant Paris à l’Aéroport Charles-de-Gaulle sans arrêt dans le 93 ou le 77, pour 24 euros l’aller. Pourtant, la liaison existe déjà, avec le RER B, et ce nouveau projet transporterait au mieux 20 000 voyageurs fortunés chaque jour. 

Il est incompréhensible qu’en pleine crise sanitaire mondiale, ce chantier comme celui de la gare égarée à Gonesse soient prioritaires, au détriment des transports du quotidien et des espaces naturels et agricoles.

Alors même que règne la plus grande incertitude sur l’avenir du tourisme et le volume des vols internationaux, que le projet de Terminal 4 est enterré, nous n’avons pas besoin d’une ligne à grande vitesse en plein centre urbain, qui passera devant les usagers, notamment de Seine-Saint-Denis, sans s’arrêter. 

Depuis 2014, les associations d’usagers, de nombreux élus et les différentes études techniques et environnementales avaient permis de démontrer que le chantier et l’exploitation du CDG Express impacterait de manière très négative l’exploitation des lignes du RER B, mais aussi celles du RER E et celles des lignes P et K, ainsi que la biodiversité.


Concrètement, le CDG Express, c’est des difficultés sans précédent pendant le chantier et la promesse de journées noires à répétition pour les usagers du RER B. 

Heureusement une députée, Frédérique Dumas, porte une proposition de loi travaillée avec les associations d’usagers et environnementales pour en finir avec cette folie et privilégier les transports du quotidien. Sa proposition bute toutefois sur l’agenda législatif chargé.

Faisons-nous entendre pour favoriser les transports du quotidien ! Signez notre pétition pour obtenir l’inscription de la proposition de loi de Frédérique Dumas à l’agenda de l’Assemblée pour mettre fin à ce projet coûteux et inutile. 

Déjà 1,708 signatures
Je signe pour atteindre 2000